Expositions passées  

« Invisible Infinity »

 

Exposition collective de 8 artistes japonaises 

 

Exposition du 5 au 21 septembre 2019

Vernissage jeudi 5 septembre 2019

de 18H à 20H

 

Artistes participantes :

 

Akiko Hoshina, Adoka Niitsu, Orié Inoué,

Sanami Kakutani, Aya Takagi,

Koko Noguchi, Mayumi Inoué, Shoko Matsuyama

Cette exposition présente une sélection des œuvres de huit artistes japonaises qui ont réalisé une résidence à la Cité internationale des Arts avec le « Joshibi Paris Prize » de l'Université Joshibi - Art & Design, Japon. Elle fait suite à l'exposition « Future Mythology Diaries » à la Galerie Cité internationale des Arts en juin 2019 de laquelle sont choisies les pièces principales.

L'exposition illustre les connexions qui existent entre la vie contemporaine et le futur. Tandis que certains travaux s’intéressent aux échanges qu’ont établi l’être humain et la nature, d’autres projets se concentrent sur les enjeux sociaux et historiques en interrogeant les notions de traces et de souvenirs.

À une époque où, au Japon, seuls les hommes avaient accès à l'enseignement supérieur, l'Université Joshibi a été fondée en 1900 sur le principe de « l'indépendance des femmes grâce à l'art », destiné à favoriser leur ascension sociale en leur permettant aussi de devenir professeurs dans ce domaine. Doté de plusieurs ateliers propices à une expression foisonnante que ce soit sur le campus Suginami (situé près de Shinjuku au centre de Tokyo) ou sur le vaste campus Sagamihara, cet établissement a révélé moult talents (graphistes, créatrices, enseignantes...).

Chaque année, y est décerné à une étudiante diplômée le « Joshibi Paris Prize » dont la lauréate a le privilège d'effectuer une résidence à la Cité internationale des arts, en France. Le prix est attribué sous le patronage de la « Fondation Fumiko Ōmura ». Afin de soutenir des artistes féminines et des chercheuses internationales, cette structure a été créée en 1999 par le Docteur Satoshi Ōmura, biochimiste lauréat du « prix Nobel de physiologie ou médecine ». En découvrant de nouvelles substances à partir de micro-organismes présents dans le sol, ce savant a guéri d'innombrables malades. Le nom de sa Fondation rend hommage à son épouse.

Grâce à l'aide du fondateur de la GALERIE YOSHII, M. Chozo YOSHII, qui a coopéré lors de l'établissement de l'atelier à la Cité internationale des Arts à Paris 4ème arrondissement, l’Université Joshibi célèbre les 20 ans d'une féconde collaboration avec la Cité internationale des Arts.

Huit femmes, aujourd'hui établies dans diverses villes européennes, y présentent une grande variété d’expression : céramique contemporaine, tissage, dessin, peinture, installation.

Akiko Hoshina

Née en 1971 à Gunma, Akiko Hoshina a obtenu en 1996 une maîtrise des beaux-arts à l’Université Joshibi d’Art et de Design. En 2008, elle a reçu le 9ème « Joshibi Paris Prize » et en 2012 une bourse du gouvernement japonais (programme d'études pour artistes prometteurs).

Ses dernières expositions : « 19th DOMANI » (Centre National des Arts de Tokyo en 2017), « Peaux » (APONIA Centre d'Art contemporaine à Villiers sur Marne en 2018), « Showcase Galerie » (Galerie d'Art Municipale de Yokohama, à Azamino en 2019). Résidence au musée départemental de la Céramique, Lezoux, Puy-de-Dôme(2010).

Akiko explore les facultés de la céramique à révéler la fragilité, l'invisibilité, le temps, la mémoire et l'émotion.

Elle vit et travaille aujourd'hui dans un village des Pyrénées.

Adoka Niitsu

Née en 1975 à Yamanashi, diplômée (Bachelor of Fine Arts) du Département de Sciences de l’Art de l'université Joshibi en 1998 ainsi que de l’Académie Internationale des Arts, Nouveaux Médias et Sciences (IAMAS) en 2000. Lauréate du « Joshibi Paris Prize » en 2007, elle a été également récompensée par la gouvernement japonais (dans le cadre du programme d'études pour artistes prometteurs) pour sa recherche à Séoul (2008-2009). Ses dernières expositions personnelles ont été présentées à la Galerie Yoshii (2018) et la Galerie Hors-Champs (2017) à Paris. Elle a participé à une exposition collective à la Galleria Daniele Agostini à Lugano (2019) et à la Gallerie delle Prigioni de la Fondation Benetton à Trévise (2018).  

Ses recherches ont été consacrées à l’histoire de la transmission des images. En mêlant diverses techniques et en employant des matériaux naturels, elle redéfinit la position des médias analogiques à l'âge de la reproduction digitale.

Orié Inoué

Née en 1983 à Saitama, vit et travaille à Dijon. Diplômée en 2008 d'un Master en Art et Création à l’Université Joshibi d’Art et de Design, elle obtient en 2011 le « Joshibi Paris Prize » et s’installe définitivement en France en 2012.
À travers ses dessins, volumes et installations incluant l'utilisation de matières organiques, elle poursuit son exploration poétique et onirique des formes de vies et d’énergies de l’Univers et des relations complexes qu’entretient l’homme avec son environnement.
Dernières expositions personnelles : Galerie Ami-Kanoko, Osaka (en cours), Galerie Maison d’art, Tokyo (2018), Galerie Gratadou-Intuiti, Paris (2017 & 2018), Micheko Galerie, Munich (2017). Dernières expositions collectives : Galerie Da-End, Paris (2018 & 2019), Meriken Park Oriental Hotel, Kobe (2018), DDESSIN, Paris (2018), Galerie Christophe Gratadou (2017, 2018 & 2019), Musée Saint-Raymond, Toulouse (2017), YIA Art Fair, Basel Art Center, Bâle (2017), YIA Art Fair, Square Brussels Meeting Centre, Bruxelles (2017), Illuminum Gallery, Londres (2016).

Sanami Kakutani

Née à Aomori en 1982, a grandi à Kanagawa, diplôme du MFA, département de peinture à l'huile, Université Joshibi d’Art et de Design en 2007. Distinguée par le « Joshibi Paris Prize » en 2018, elle vit et travaille à Paris.

Elle peint ce qu'elle a personnellement expérimenté dans la vie quotidienne et tente d'en extraire l'universalité sur ses toiles.

Ses dernières expositions personnelles se sont tenues à la Gallery Forgotten Dreams, Tokyo (2016) et à la SEN Art Gallery, Tokyo(2013). Elle a également présenté son travail dans le cadre d'expositions collectives : “MINA-TO Art Wall Sanami Kakutani”, MINA-TO ,Tokyo (2019), “SICF18 Winners exhibition“, Spiral Garden,Tokyo (2018), et “Painting Exhibition by young graduates”, Joshibi Art Gallery Shanghai, China (2015).

 

Aya Takagi

Née à Chiba en 1977. Vit et travaille à Paris. Diplômée en 2002 de l’Université Joshibi d’Art et de Design. Sixième « Joshibi Paris Prize » en 2005. Bourse de trois ans du ministère de la Culture du Japon en 2007.

Lauréate de la fondation Pola en 2011. Lauréate de la fondation Nomura en 2012 et 2015.  Les peintures d’Aya Takagi sont souvent inspirées par des préoccupations humanistes, qu’elle exprime grâce à sa maîtrise de l’anatomie artistique et des techniques de peinture à l’huile et a tempera.

Expositions récentes : Galerie Saint-Germain, Université Paris Descartes(2012, 2015), Villa Finaly, Florence(2013), Salon « Comparaisons » au Grand-Palais, Paris(2015), Fondation Taylor, Paris (2015), Musée de Pola, Tokyo (2017), Art Fair Tokyo (2017).

 

Koko Noguchi

Née à Saitama en 1970. Vit et travaille à Paris depuis 2001.

Elle reçoit en 1993 le diplôme de l’Université Joshibi d’Art et de Design dans la spécialité Peinture Japonaise. Lauréate en 2001 du « Joshibi Paris Prize ».

Koko Noguchi utilise des fraises en papier dans son travail récent pour explorer la frontière et les interactions entre le visible et de l'invisible.

Elle bénéficie d'une bourse (Overseas Study Program for Artists) du Ministère de la Culture japonais (2002) et de la POLA Art Foundation (2003). Lauréate de la Fondation Coffim à Paris (2002) et Prix Spécial Arte Laguna, Arsenale, Venise, Italie (2011). Elle participe au POLA Museum Annex Exhibition, Ginza, Tokyo (2012), Ueno Royal Museum, Tokyo, VOCA Exhibition (2004).

 

Mayumi Inoué

Née à Fukuoka en 1988. Diplômée du département des arts de la mode de l’université Joshibi en 2012, elle a aussi remporté le prix du musée des arts de Joshibi. Responsable du contenu et réalisatrice d’un journal télévisé de 2012 à 2018. Elle a remporté le « Joshibi Paris Prize » en 2017 et séjourne à la Cité Internationale des Arts, Paris, à partir de 2018.

Elle crée des installations avec des matériaux textiles tels que les cheveux et les fils. Elle cherche ce qui la relie à la société à travers son propre corps et sa mémoire.

Sa principale exposition de groupe, “Vêtements pour livres”, a eu lieu à GALLERYGALLERY, Kyoto (2016), et à AXIS GALLERY “Exposition Sanada juku – Volupté” Tokyo (2018). Elle a également travaillé sur le spectacle “Passé - Lumière - Futur” à la Cité Internationale des arts, Paris (2018).

 

Shoko Matsuyama

Née à Tokyo où elle vit et travaille, ainsi qu'à Cologne en Allemagne. Diplômée en 1995 (Bachelor of Fine Arts) de l'Université Joshibi d'Art et de Design. De 1997 à 1998, elle suit le B-semi Contemporary Art schooling system à Kanagawa au Japon. Entre 2008 et 2010, elle étudie à la Kunstakademie de Düsseldorf en Allemagne, parmi des étudiants invités par le professeur Rosemarie Trockel.

Ses œuvres sont exposées : au Doppelgänger Het Wilde Weten de Rotterdam en Hollande (2013), au Klaipėda Culture Communication Centre en Lithuanie (2011), au "Kosmoplen"  LWL Industriemuseum Zeche d'Hannovre en Allemagne (2009), à "When you wake up", Kjubh e.V. à Cologne en Allemagne (2010). Elle a reçu une bourse de la Nomura Cultural Foundation Scholarship de Tokyo au Japon (2011).

« Quel est le déclencheur de la prémonition, de la mémoire ? Harmoniser les contraires, réfléchir à des signes invisibles et imperceptibles : voilà l’impulsion de mon travail. »

 

 

GALERIE YOSHII PARIS

© 1972 - 2019 Galerie Yoshii Paris, All rights are reserved